Accueil Epidémiologie Zéro alcool pendant la grossesse? Idées reçues et réalité

    Zéro alcool pendant la grossesse? Idées reçues et réalité

    7

    La journée mondiale de sensibilisation au Syndrome d’Alcoolisation Fœtal (SAF*) a eu lieu le 9Sep2015, une occasion de faire un état des lieux sur la perception des français des conséquences d’une consommation d’alcool pendant la grossesse et la réalité.

    Les résultats d’une enquête menée par l’institut BVA évaluant les connaissances et la perception des risques de la consommation d’alcool pendant la grossesse prouvent que les idées reçues perdurent.
    (Institut BVA pour l’Inpes du 25 au 27 juin 2015 auprès d’un échantillon représentatif de la population français de 1005 personnes âgées de 15 ans et plus)

    Alcool pendant la grossesse: un petit peu, beaucoup, pas du tout?

    75% des Français estiment que la moindre consommation d’alcool pendant la grossesse ne comporte pas de risque pour l’enfant.

    Le risque lié à une consommation excessive d’alcool est connu par 86% des français mais les risques liés à une consommation exceptionnelle restent méconnus.

    Certaines idées reçues persistent: 39% des français considèrent que la consommation d’un verre pour les grandes occasions ne pose pas de problème ou encore 27% des français considèrent qu’il est conseillé de boire un verre de vin de temps en temps pendant la grossesse.

    Les risques

    La recommandation officielle aux femmes enceintes du CNAM (Caisse Nationale D’Assurance Maladie) et du CFES (Comité Français d’Education pour la Santé) est “d’arrêter toute consommation de boissons alcoolisées dès le début de la grossesse et pendant toute sa durée”.
    Cependant, actuellement la consommation très modérée n’est pas proscrite.



    Il faut savoir que le seuil de consommation en dessous duquel il n’y a pas de risque pour le foetus n’a pas été démontré.

    Une consommation d’alcool pendant la grossesse est responsable d’une diminution de poids à la naissance et dPhoto_of_baby_with_FASe troubles du caractère et du comportement. Les cas les plus sévères atteints de la forme grave de syndrome d’alcoolisation fœtal (SAF), dus à une exposition importante à l’alcool de la mère, souffrent entre autre de retard de croissance, dysmorphie faciale et de retard mental.

    La consommation d’un à deux verres par jour augmente également le risque d’avortement spontané et d’accouchement prématuré.

    Zero Alcool!

    Alors que la norme sociale en matière de consommation d’alcool pendant la grossesse semble se déplacer vers le “zéro alcool”, certaines idées reçues perdurent.

    Le message “Zéro alcool” doit encore être relayé, plus particulièrement par les professionnels de santé.


    Sources :

    EDP Nutrition

    INPES

    Perinat.org


    Images :

    wikimedia.org

    wikimedia.org

    Articles consultés le 14Sep2015


    *Syndrome d’alcoolisation fœtal (SAF) : Le syndrome d’alcoolisation fœtale est la conséquence d’une exposition à l’alcool importante, quotidienne ou épisodique, pendant les périodes embryonnaire et fœtale. Il se manifeste par des anomalies physiques caractéristiques, un dysfonctionnement du système nerveux central et des retards de développement avant et après la naissance (Wikipédia)

    7 COMMENTAIRES

    1. Très bon article, je trouve ça incroyable de voir que certaines personnes pensent encore que l’alcool n’a pas de conséquence ….

    2. Un reportage sur ce sujet sera diffusé sur France 2 dans le magasine envoyé spécial ce soir le 1oct2015

    3. ça a le mérite d’être clair… Pourtant, j’ai le sentiment que les “jeunes” générations intègrent bien le zéro alcool… Même s’il faut parfois (j’ai bien dit parfois) tenir tête aux grand-parents le dimanche midi et leur “Oh ça va, une verre, ça n’a jamais tué personne”.
      Donc petit à petit….

    4. Est-ce que le risque est le même à tous les stades de la grossesse (et donc du développement du fœtus ?) et est-ce qu’il y a une différence entre alcool fort et boisson faiblement alcoolisées comme le cidre ou la bière ?
      Sujet intéressant en tous cas…

    5. Merci pour ces commentaires.
      Concernant le différence ente alcool fort et boisson plus faiblement alcoolisée, il n’y a pas de différence: la substance alcool reste la même. Mais les idées reçues perdurent sur ce sujet, surtout pour les générations les plus âgées.
      En effet, seuls 55,2 % des enquêtés estiment, à raison, qu’un verre de bière ou de vin est tout aussi dangereux qu’un verre d’alcool fort (s’agissant de verres standard).

    6. Concernant la consommation d’alcool et les stades de la grossesse, il faut savoir que tout au long de la grossesse, l’alcool agit directement sur le système nerveux et le cerveau du fœtus en formation. Comme l’alcool est un toxique extrêmement puissant au niveau du cortex cérébral, quel que soit le moment de l’alcoolisation de la femme enceinte, le risque d’atteinte des fonctions cérébrales reste très élevé. Une consommation d’alcool importante pendant les trois premiers mois peut produire des malformations du bébé.

      Le messageà retenir est que l’alcoolisation fœtale est la première cause non génétique d’handicap mental chez l’enfant (source INPES)

    Laisser un commentaire