Accueil Epidémiologie Stress, anxiété, dépression et maladies cardiovasculaires

    Stress, anxiété, dépression et maladies cardiovasculaires

    Dans un monde en perpétuel mouvement où tout va (très) vite, nous devons faire face à de nombreuses situations difficiles et stressantes au quotidien. Cependant ces expériences angoissantes ne sont pas sans danger, encore plus si elles sont prolongées. Ces dernières années de nombreuses études scientifiques ont montré les effets néfastes du stress chronique à long terme chez l’Homme.

    0
    Qu’est-ce que le stress ?

    Ce terme peut désigner une situation contraignante, mais il correspond également à l’ensemble des processus que l’organisme met en œuvre pour s’adapter à cette situation. Le stress peut être d’origine :

    • physique ;
    • pathogénique, c’est-à-dire provenant d’une maladie ;
    • socio-psychique ;
    • hormonale, chimique ou biochimique (en étant lié à divers processus physiologiques dans l’organisme).

    Il a des effets qui vont varier selon l’individu touché. De plus, un stress temporaire et un stress chronique n’auront pas les mêmes conséquences. En effet, à court terme, le stress modéré ne sera pas forcément mauvais, il sera même parfois indispensable/bénéfique. Cependant, à long terme, il peut avoir d’importants impacts sur notre santé.

    Quels sont les mécanismes en jeux ?

    Le stress se traduit par un ensemble de réactions dans l’organisme :

    • Réactions physiologiques : augmentation de la sudation, accélération du rythme cardiaque et de la fréquence respiratoire ;
    • Réactions nerveuses et hormonales ;
    • Réactions psychologiques : troubles du sommeil, cauchemars, inquiétudes, etc.

    On observe donc la manifestation du stress chez un individu lorsque ce dernier est soumis à un changement de situation ou lorsqu’il est confronté à une situation à laquelle il ne pense pas pouvoir faire face.

    Quels effets sur la santé ?

    Cette situation de stress, si elle est prolongée, va entraîner fatigue, irritabilité, épuisement et va favoriser l’apparition de maladies (notamment cardio-vasculaires).

    Le stress chronique peut contribuer à la génération de troubles psychologiques comme l’anxiété, la dépression, des comportements à risque (comme la toxicomanie) et des comportements hostiles.

    Alain Tedgui, directeur du Paris Centre de recherche cardiovasculaire – (Inserm) à l’Hôpital européen Georges-Pompidou indique que « les études épidémiologiques montrent depuis longtemps une association entre le stress et l’infarctus du myocarde ». Ainsi, il a été montré que le risque de faire une crise cardiaque dans les 24 heures suivant le décès d’un ami ou d’un membre proche de sa famille serait multiplié par 21.

    Une étude, publiée le 11 janvier 2017 dans la revue scientifique médicale The Lancet, a montré que le stress, s’il est prolongé, peut déclencher des maladies cardiaques ou des accidents vasculaires cérébraux (AVC). Les chercheurs du Massachusetts General Hospital et de la Harvard Medical School y ont notamment mis en évidence qu’« en cas de stress chronique, notre amygdale, principale zone du cerveau impliquée dans le stress, s’active fortement ». Ils ont suivi 293 patients, âgés en moyenne de 55 ans, pendant près de 4 ans entre le 1er janvier 2005 et le 31 décembre 2008. Ces sujets ont été choisis parmi des patients hospitalisés, sur les 293 patients 256 sujets étaient suivis pour des antécédents de cancer. Différents paramètres physiologiques et biologiques ont été étudiés comme : l’activité cérébrale, l’activité de la rate, la moelle osseuse et l’inflammation artérielle.

    Selon les résultats « l’activation de l’amygdale a été associée à […] des facteurs de risques cardiovasculaires élevés ». On peut lire que, lors du suivi, 22 sujets ont développé une maladie cardio-vasculaire. Ces événements surviennent plus tôt que chez les volontaires dit « détendus ».

    L’amygdale enverrait des signaux biologiques à notre moelle osseuse dans le but de produire des globules blancs en quantité. Ces leucocytes seraient responsables de l’inflammation des artères et donc du risque de crise cardiaque ou d’AVC.

    Il est ressorti de cette étude qu’ « une hausse d’activité [de l’amygdale] est associée à un risque 1,6 fois plus élevé d’incident cardiovasculaire ».

    Importance de gérer le stress

    Le Docteur Ahmed Tawakol, qui fut à la tête de cette étude, estime que « le stress chronique finira par être traité comme un facteur de risque cardiovasculaire important ». Cet avis est aussi partagé par Ilze Bot, experte en biopharmacie à l’université de Leyde aux Pays-Bas qui rappelle que « les sources de stress psychosocial sont de plus en plus présentes au quotidien ».

    Elle ajoute qu’ « une charge de travail lourde, la précarité professionnelle ou encore le fait de vivre dans la pauvreté sont autant de circonstances qui peuvent aboutir à un stress chronique, ce qui peut provoquer des troubles psychologiques chroniques comme la dépression ».

    Il faut noter que des recherches complémentaires sont nécessaires pour confirmer ces résultats. Cependant les scientifiques qui ont travaillé sur l’étude estiment que l’on peut mettre en place de nouvelles méthodes pour cibler et prendre en charge des facteurs de risque liés au stress.

    L’étude met aussi en lumière que, la seule réduction du stress pourrait apporter non seulement, un bénéfice physique important, mais aussi du bien-être psychologique.

    On peut donc en conclure que de la même manière que l’on surveille son alimentation, son poids, son activité physique ou sa tension artérielle, mieux gérer son stress permettrait de prévenir les maladies cardio-vasculaires.

    Maxime et Yseulys

    Sources :

    – Dr Ahmed Tawakol, Amorina Ishai, Richard AP Takx, et al. . Relation between resting amygdalar activity and cardiovascular events : a longitudinal and cohort study. The Lancet, published on January 11, 2017. thelancet.com

    La Dépêche du Midi. Stress chronique, facteur de risque à part entière de maladies cardiovasculaires. ladepeche.fr

    Les Échos. Enrique Moreira. Y a-t-il un lien entre stress et accident cardiovasculaire ? lesechos.fr

    Le Monde. Florence Rosier. Comment le stress nous expose à des accidents cardiovasculaires. lemonde.fr

    – Pourquoi Docteur ? Le stress fatigue le coeur et les artères. pourquoidocteur.fr

    Laisser un commentaire