Accueil Portraits Portrait de Chloé Rousseau

Portrait de Chloé Rousseau

0

C’est dans le cadre de la section “Portrait” de ce blog, que j’ai choisi de réalisé une interview de Chloé ROUSSEAU, diplômée de la Licence Professionnelle Statistique et Informatique pour la Santé (SIS) en 2012. Cette dernière travaille aujourd’hui en tant que Biostatisticienne au CHU de Rennes, dans la structure du Centre d’Investigation Clinique (CIC) dont la mission est de concevoir, mettre en œuvre, analyser et valoriser tous types d’études cliniques. J’ai posé différentes questions à Mme ROUSSEAU sur son parcours scolaire et professionnel avec en plus des conseils pour les futurs diplômés en LP SIS. Les questions posées ainsi que les réponses sont disponibles dans la suite de cet article.

Quel est votre parcours universitaire et professionnel depuis l’obtention du baccalauréat ?

– 2008 : Obtention d’un baccalauréat Economique et Social (ES), spécialité Mathématiques.

– 2008/2009 : 1 an en faculté de psychologie.

– 2009/2011 : DUT STID. Stage réalisé à l’institut du Thorax à Nantes où j’ai effectué une analyse des paramètres de qualité d’une expérience de génotypage génome entier

– 2011/2012 : LP SIS. Stage réalisé à l’hôpital de la Timone à Marseille où ma mission était le data management pour une étude des facteurs de risque de thrombose veineuse dans une cohorte familiale.

– 2012/2013 : M1 BioInformatique et BioStatistique à Nantes. Stage réalisé dans l’équipe EA45275 (Biostatistique, Pharmacoépidémiologie et mesures subjectives en santé) à Nantes. Ma mission était de construire un score diagnostique de la normalité de la biopsie à un an de greffe : application à la transplantation rénale.

– 2013/2014 : M2 MPCE (Modélisation en pharmacologie clinique et épidémiologie) à Nantes. Stage réalisé au CIC de Neurologie du CHU de Nantes. Mon rôle était de comparer l’évolution à 1 an de patients atteints de sclérose en plaques et traités par Tysabri ou par Gilenya sur des critères de jugement cliniques et radiologiques. Il s’agissait d’une étude observationnelle multicentrique rétrospective.

– Octobre 2014 à janvier 2015 : remplacement congé maternité pour un poste de biostatisticienne au CIC du CHU de Tours

– Depuis Février 2015 : Biostatisticienne au CIC du CHU de Rennes

Avez-vous toujours voulu travailler dans les biostatistiques ? Pourquoi vous êtes vous intéressée spécifiquement au domaine de la santé ?

Non je ne savais pas vraiment ce que je voulais faire en terminale, je suis allée en faculté de psychologie dans l’optique de passer les concours pour être éducateur spécialisé. Dès le début de l’année scolaire, les mathématiques me manquaient et j’ai décidé de chercher une formation plus scientifique et mathématique, avec également de l’informatique et j’ai trouvé le DUT STID.

Le domaine de la santé est celui qui m’intéressait le plus, on a un peu l’impression d’aider la recherche à avancer c’est encourageant.

Que vous ont apporté le DUT STID et la LP SIS dans votre parcours professionnel ?

Les bases pour le métier de biostatisticien, en termes de statistiques de « bases », comme les comparaisons de groupes par exemple, et les bases de programmation SAS et R.

Avez-vous rencontré des difficultés à trouver votre premier emploi ?

Par chance non, il y avait une offre de remplacement juste à la fin de mon stage. Et pendant ce remplacement Rennes a publié une offre pour laquelle j’ai été prise directement après mon remplacement.

Que retirez-vous de vos différentes expériences (stages, alternances, études) : ce que vous avez appris, ce qui vous a le plus plu (ou déplu) ?

Concernant le parcours scolaire, les expériences en stage sont très importantes et très bénéfiques. On découvre le monde du travail et on peut mettre en pratique ce qu’on apprend en cours, contrairement aux étudiants en parcours fac qui n’ont pas de stage. Pour moi c’est un plus, et c’est ce qui m’a vraiment plu dans ces formations. Je n’ai pas de souvenir en tête de ce qui m’a vraiment déplu, comme dans toutes les formations il y a des cours qui nous plaisent moins que d’autres.

Quels conseils donneriez-vous à une personne qui souhaite poursuivre ses études (avec un master) ?

Il faut continuer ses études si l’on souhaite être biostatisticien. Dans le cas où l’on veut être data manager on peut s’arrêter à la licence professionnelle. Je n’ai pas de conseil particulier, mise à part d’essayer de chercher son stage dès le début de l’année afin de se donner le plus de chance possible pour trouver quelque chose qui nous convienne.

Je tenais encore à remercier chaleureusement Chloé ROUSSEAU qui a eu la gentillesse de répondre à mes différentes questions.

Laisser un commentaire