Accueil Epidémiologie Le paludisme à travers le monde : un bilan encourageant

    Le paludisme à travers le monde : un bilan encourageant

    0

    D’après une enquête menée et l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), le nombre de personnes touchées par le paludisme était de 216 millions en 2016 contre 237 en 2010. On observe donc un bilan positif, avec une baisse de 21 millions de cas.

    Selon l’OMS, le paludisme se décrit comme il suit : ”une maladie potentiellement mortelle due à des parasites transmis par des piqûres de moustiques ». Il existe différents symptômes qui apparaissent entre 10 et 15 jours après la piqûre du moustique : fièvre, maux de têtes et frissons. Il s’agit donc de symptômes « courants » qui ne sont pas toujours forcément associés au paludisme. Si la maladie n’est pas traitée, les symptômes se transforment en une affection sévère qui peut causer la mort.

    Les populations exposées et les personnes les plus à risque

    En 2016, près de la moitié de la population mondiale est exposée à cette maladie. Cependant, grâce aux vaccins, il y a rarement des problèmes dûs au paludisme dans les pays qui en disposent. La majorité des décès causés par cette maladie a lieu dans l’Afrique subsaharienne (90 %), l’Asie du Sud-Est (7 %) et la Méditerranée orientale (2 %).

    Nous n’avons néanmoins pas les mêmes risques en fonction de notre âge. Les nourrissons et les enfants de moins de 5 ans ont beaucoup plus de chance de contracter la maladie, et d’avoir des problèmes graves. De plus, les risques sont aussi accrus pour les femmes enceintes et les personnes atteintes du VIH.

    L’évolution du paludisme et les risques de mortalité

    Comme dit précédemment, le nombre de cas atteints du paludisme a diminué en 2016 par rapport à 2010. De plus, on sait que l’incidence (c’est-à-dire le nombre de cas apparus pendant une période au sein d’une population) est en baisse d’environ 18 % depuis 2010. On passe alors de 76 cas pour 1000 habitants exposés au risque du paludisme en 2010, contre 63 cas pour 1000 habitants en 2016.

    De plus, par rapport à 2010, la mortalité liée au paludisme a diminué dans toutes les régions avec notamment une baisse de 37 % pour l’Afrique. Malgré tout, le nombre de décès dû à cette maladie stagne entre 2015 et 2016. En effet, le nombre de décès est estimé à 445 000 à travers le monde en 2016 contre 446 000 en 2015. Il y a donc une très légère baisse de 1000 morts (soit 0.2 %). On sait que sur ce nombre de décès, 91 % ont lieu dans la région d’Afrique et 6 % en Asie du Sud-Est.

    Elimination du paludisme

    A l’échelle mondiale, en 2016, on peut voir que 44 pays ont rapporté moins de 10 000 cas contre 37 pays en 2010. De plus, l’OMS a identifié 21 pays qui pourraient d’ici à 2020 éliminer définitivement le paludisme.

    Le meilleur moyen de lutter contre le paludisme reste le vaccin. Cependant tous les pays n’ont pas les moyens de le fabriquer ou de l’importer. C’est pourquoi, des fonds sont investis afin de contrôler et d’éliminer le paludisme. Il s’élève à environ à 2.8 milliards de $ en 2016 avec une majorité (74 %) qui sont utilisés pour l’Afrique.

    Malgré ces chiffres encourageants, 11 pays ont rapporté une augmentation des cas de paludismes en 2016 par rapport à 2015. C’est pourquoi il faut se rappeler que le paludisme existe toujours et qu’il faut encore faire des efforts si on veut éliminer définitivement cette maladie.

    Source :

    http://www.who.int/malaria/media/world-malaria-report-2017/fr/#Chiffres%20sur%20l%E2%80%99%C3%A9volution%20du%20paludisme%20au%20niveau%20r%C3%A9gional%20et%20mondial

    http://www.who.int/mediacentre/factsheets/fs094/fr/

    Laisser un commentaire