http://www.topsante.com/medecine/cancers/cancer-du-sein/prevenir/cancer-du-sein-l-ablation-du-sein-la-solution-pour-les-femmes-a-risque-32599

Pour la 23ème année consécutive, pendant le mois d’octobre, l’association « Le Cancer du Sein, Parlons-On ! » mène une campagne de lutte contre le cancer du sein.

Le cancer du sein en France

En France, le cancer du sein est le 1er cancer chez la femme et celui qui entraîne la plus grande mortalité. En 2015, il y a eu 54 062 nouveaux cas et 11 913 décès. A l’avenir, 1 femme sur 8 sera confrontée au cancer du sein dans sa vie. En étant dépisté rapidement, le cancer du sein peut être guéri dans 9 cas sur 10.

 

 

Qu’est-ce que le dépistage organisé ?

L’objectif de cette campagne est d’informer et de communiquer sur le dépistage organisé. Elle s’adresse majoritairement aux femmes de 50 à 74 ans sans facteur de risque connu ainsi qu’aux femmes à risque aggravée de développer le cancer du sein. Le dépistage reste la meilleure arme pour lutter contre le cancer. Les femmes se situant dans cette tranche d’âge reçoivent tous les 2 ans un courrier les invitant à effectuer ce dépistage chez un radiologue agrée. En se présentant avec ce courrier le jour de l’examen, la prise en charge par l’Assurance maladie sera de 100%. Seulement un peu plus de 50 % des femmes âgées de 50 à 74 ans participent au dépistage organisé et 10% réalisent des mammographies dans un cadre individuel.

Vers une refonte du dépistage organisé

Le 3 octobre 2016, le ministère de la Santé a annoncé une « rénovation profonde » du dépistage du cancer du sein en France. Cette annonce fait suite à une « concertation citoyenne et scientifique » destinée à « améliorer » le dépistage organisé du cancer du sein lancé fin 2015. Ce rapport préconise l’arrêt du dépistage organisé actuel pour en faire un nouveau complètement modifié. Certains membres souhaitent même l’abandon immédiat du dépistage organisé, et laisser le médecin décider au cas par cas de la pertinence d’une mammographie. L’Institut national du cancer (INCa) encourage la ministre de la Santé à engager rapidement la rénovation du programme, « en l’inscrivant dans une logique plus individualisée du parcours de santé, prenant appui sur le médecin généraliste ». L’institut juge aussi utile d’informer les femmes pour leur permettre de prendre une décision éclairée. L’institut soutient aussi la recherche pour mieux reconnaître les anomalies susceptibles d’évoluer rapidement ou de se transformer en cancer agressif, afin de réduire le surdiagnostic et le surtraitement.

Thibault, Thomas, Stéphane

Sources :

service-public : https://www.service-public.fr/particuliers/actualites/A10990

concertation-depistage : http://www.concertation-depistage.fr/wp-content/uploads/2016/10/depistage-cancer-sein-rapport-concertation-sept-2016.pdf

France TV info : http://www.francetvinfo.fr/sante/cancer/cancer-du-sein-un-depistage-revu-et-corrige_1855375.html

1 commentaire

Laisser un commentaire