Accueil Recherche clinique NEUWalk : un espoir pour les personnes paralysées

    NEUWalk : un espoir pour les personnes paralysées

    Tests sur des animaux semi-paraplégiques pour aider les personnes paralysées

    0

    En France, il existe 50 000 personnes paralysées pour différentes raisons. En novembre 2016, dans le cadre du projet européen « NEUWalk », une avancée a été faite afin d’aider ces personnes à retrouver l’usage de leurs membres par des scientifiques de l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL).

    Ces dernières années, l’équipe de Grégoire Courtine a effectué une étude sur des rats. Cette dernière a permis de démontrer qu’une récupération de la motricité est possible après une paralysie partielle. En effet, des rats dont la connexion entre le cerveau et les muscles a été rompu, et par conséquent rendu paraplégiques, ont retrouvé la capacité d’utiliser leurs pattes arrières. Cela a été rendu possible grâce à la combinaison de deux traitements : un « cocktail » de molécules pharmacologiques pour stimuler le système nerveux et des impulsions électriques.

    Les tests sur les rats n’étaient qu’une première étape. Le 4 novembre 2016, une étude a été publiée dans la revue scientifique Nature. La seconde étape consiste à utiliser des électrodes sur des singes et donc se passer du  « cocktail » de molécules. Le nombre de singes utilisés est de 2 et l’étude a été réalisée à Pékin.

    Un premier implant, fixé sur le cortex moteur, détecte chaque impulsion électrique liée à l’activité cérébrale. L’implant envoie toutes les informations à un ordinateur qui va les décoder et les envoyer au générateur d’impulsion. Ce dernier déclenche l’implant spinal en fonction de l’activité décodée. L’implant spinal permet de déclencher électriquement l’activité neuronale liée à un groupe de muscle. Il est situé sur la moelle épinière en aval de la lésion.

    macaque

    Ainsi, quand l’un des singes pense à bouger son membre, l’information circule par les implants ce qui lui permet de retrouver l’usage de sa patte arrière droite (dans le cadre de cette étude).

    Malgré cette avancée, il existe des contraintes si cette technique doit être utilisée sur l’Homme. Non seulement les Hommes, contrairement aux singes, sont bipèdes, mais ils se trouvent que les singes compensaient légèrement leur handicap avec leur 2ème membre intact.

    L’EPFL tente actuellement de tester cette technique sur davantage de singes en incluant le « cocktail » de molécules pour aider à la récupération, ainsi que réaliser cette technique sur des personnes partiellement paralysées.

    Cependant, des études continuent à être mener pour trouver d’autres solutions.

     

    Fanny, Adrian


     

    Sources :

    Le Monde : http://www.lemonde.fr/sciences/article/2016/11/09/des-neuro-implants-font-remarcher-des-singes-paralyses_5028394_1650684.html

    Le Mag : http://www.c-yourmag.net/des-singes-paralyses-remarchent-grace-a-des-neuro-implants.html

     

     

    Laisser un commentaire