Accueil Santé publique L’obésité chez les enfants et adolescents : un problème de santé publique...

L’obésité chez les enfants et adolescents : un problème de santé publique en devenir ?

2

D’après une enquête menée par l’Imperial College London  et l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), si la consommation alimentaire des enfants ne change pas, on estime que d’ici à 2022 il y aura plus d’enfants en surpoids dans le monde que de jeunes en sous-poids.

Selon l’OMS, l’obésité se décrit comme il suit : ”une accumulation anormale ou excessive de graisse qui présente un risque pour la santé”. Pour savoir si une personne adulte est en surpoids on utilise un indicateur appelé l’Indice de Masse Corporelle (IMC). Ce dernier se calcule en divisant le poids en kg par la taille en mètre au carré. Pour les personnes de moins de 20 ans, on ne peut pas utiliser l’IMC car leur corps subis de nombreuses transformations pendant la croissance. C’est pourquoi on utilise plutôt des mesures types, où l’enfant doit mesurer tel poids en fonction de telle taille. Le schéma suivant, extrait du site de l’OMS, est un exemple de calcul pour les enfants de 5 à 19 ans.

Les dangers du surpoids sont multiples : risques de maladies coronariennes (qui touchent l’afflux sanguin au niveau du cœur) et de cancers accrus, ou encore des problèmes de diabète. C’est pour ces différentes raisons que l’obésité risque de devenir un problème de santé publique.

Une croissance de l’obésité à travers le monde

Depuis 1975, le nombre d’obèses chez les enfants âgés de 5 à 19 ans est passé de 11 à 124 millions ; soit une augmentation de plus de 10 fois en 40 ans. Sur la population mondiale d’enfants et d’adolescents, on estime que la proportion d’obèses est passée de 1 % en 1975 à près de 7 % en 2016. Les pays où l’obésité a le plus augmenté sont l’Asie de l’Est, l’Amérique latine et les Caraïbes. Sur les différentes îles du Pacifique, on estime la prévalence de l’obésité à 30 % chez les garçons et les filles. En Europe, les pays les plus touchés sont Malte et la Grèce. Ils représentent respectivement 11,3 % et 16,7 % de la population.

Les principaux facteurs de surpoids

Selon le Professeur Majid Ezzati de l’École de santé publique de l’Imperial College London, la principale raison est financière. En effet, il explique que le taux d’obésité chez les enfants est plus élevé dans les pays pauvres. De plus, il écrit que la nourriture saine est trop chère pour les familles défavorisées. Elles n’ont alors d’autres choix que de se tourner vers la nourriture grasse et peu chère.

Qui plus est, dans les pays tels que l’Asie de l’est ou l’Amérique latine, les enfants sont passés de l’insuffisance pondéral à l’excès pondéral. Cette tendance s’explique par l’arrivée des aliments très énergétiques (notamment les produits alimentaires transformés), qui entrainent une hausse du poids à long terme.

Les différentes solutions possibles

Pour résoudre ce problème, une des solutions avancées se porte sur l’information des produits alimentaires. Pour ce faire, il faudrait une meilleure labellisation des produits tout en ajoutant des mesures fiscales (comme les taxations sur les boissons sucrées). De plus, L’OMS préconise aussi d’augmenter les activités sportives chez les enfants, que ce soit à l’école ou dans des clubs sportifs. La dernière solution proposée est de sensibiliser les pays sur les produits alimentaires importés. En d’autres termes, il faudrait limiter la commercialisation des produits ultra transformés et bons marchés, pour laisser la place à des produits plus sains.

Malgré tout, ne serait-il pas au consommateur lui-même de faire attention à sa consommation?

 

Source :

https://www.letemps.ch/monde/2017/10/11/lobesite-jeunes-une-crise-sanitaire-mondiale

http://www.who.int/mediacentre/news/releases/2017/increase-childhood-obesity/fr/

2 COMMENTAIRES

  1. Bonjour,
    L’article est intéressant et d’actualité. Je pense que l’obésité n’est pas assez abordé dans les médias et au niveau scolaire. J’ai une question : comment il faut lire le graphique de l’OMS ? à quoi correspondent les valeurs des courbes -3 -2 -1 0 1 2 3 ?

  2. Bonjour,

    Tout d’abord merci de l’intérêt que vous portez à cet article. Pour le graphique -3 correspond à sous-poids sévère et 3 obésité.

Laisser un commentaire