Mutuelles étudiantes

Dans la nuit du 18 au 19 novembre 2014, le Sénat a adopté une proposition de loi qui prévoit de supprimer les mutuelles étudiantes d’ici 3 ans. En effet, le système de sécurité sociale des étudiants, unique en Europe, est en ce moment remis en cause faute d’une mauvaise gestion et d’une qualité des services insuffisante pour des coûts élevés.

Les dépenses de santé de 1,7 millions d’étudiants à gérer

Actuellement, la gestion de la sécurité sociale des étudiants se partage entre deux organismes : la LMDE et EmeVia qui est un réseau de mutuelles régionales (dont fait partie la SMEBA en Bretagne). La LMDE gère 900 000 étudiants contre 800 000 pour EmeVia. Ils ont reçu, à eux deux, 93 millions d’euros de l’Etat en 2013.

Les étudiants rattachés au régime de leurs parents

Jugeant ce système dépassé, les sénateurs Catherine Procaccia (UMP) et Ronan Kerdraon (PS, qui n’est plus sénateur aujourd’hui) ont alors proposé que les étudiants soient affiliés au régime de leurs parents pendant toute la durée de leurs études. Pour garder la confidentialité de leurs soins, ils auront un statut à eux et seront affiliés à part entière. A la fin de leurs études ou après avoir dépassé l’âge limite qui sera fixé plus tard, ils quitteront le régime de leurs parents.

67 % des étudiants satisfaits de leur mutuelle

Selon un sondage de l’institut CSA effectué sur 800 étudiants, « 67% des étudiants rattachés à une mutuelle étudiante se déclarent satisfaits ». Quand on leur pose ensuite des questions plus ciblées, les réponses dépendent de leur organisme de rattachement. Ainsi, à la question « Etes-vous satisfait du délai de remboursement des soins ? », 70 % des affiliés au réseau EmeVia se déclarent satisfaits contre seulement 53 % des affiliés à la LMDE. La différence est encore plus grande à la question « Etes-vous satisfait du service client en agence ? » avec 48 % de satisfaits à la LMDE et 70 % pour EmeVia. Pour ne rien arranger, la LMDE traverse une crise à l’heure actuelle et est placée depuis juillet dernier sous administration provisoire et risque d’être placée sous administration judiciaire si la situation ne s’améliore pas.

Des économies possibles

Cette mesure permettrait de faire des économies car selon la CNAM, il serait possible de dégager 90 millions d’euros en frais de dossiers car les fréquentes entrées et sorties du système engendrent de lourds frais de traitement.

 

Sources :

http://etudiant.lefigaro.fr/vie-etudiante/news/detail/article/le-senat-adopte-une-reforme-de-la-securite-sociale-etudiante-les-mutuelles-ripostent-9842/

http://www.publicsenat.fr/lcp/politique/s-nat-une-proposition-loi-mettre-fin-aux-mutuelles-tudiantes-725797

http://www.quechoisir.org/argent-assurance/assurance/assurance-des-personnes/actualite-mutuelles-etudiantes-le-senat-examine-la-fin-des-mutuelles-etudiantes

Sources des images :

www.emevia.com

www.lmde.com

1 commentaire

  1. Merci pour cet article très intéressant. Je suis moi même étudiant en école de commerce, et je trouve que les remboursements de LMDE sont vraiment long ces derniers temps !

Laisser un commentaire