Accueil Epidémiologie Glyphosate : l’Union Européenne décide de prolonger son utilisation pour cinq ans

    Glyphosate : l’Union Européenne décide de prolonger son utilisation pour cinq ans

    0

    Après deux ans de négociations, le vote du lundi 27 novembre a permis à l’Union européenne de trancher sur l’avenir du glyphosate en Europe. En effet, les 28 Etats ont choisi de prolonger l’utilisation pour cinq ans de l’herbicide le plus utilisé dans le monde.

    Suite à ce vote, de nombreuses réactions se sont multipliées parmi les groupes pour et les groupes contre le glyphosate.

    Qu’est-ce que le glyphosate ?

    Le glyphosate est une molécule chimique qui a été fabriquée par la firme américaine Monsanto dans les années 1970 et commercialisée en 1974. Depuis la fin du brevet, en 2000 plusieurs centaines de pesticides à base de glyphosate ont été commercialisés partout dans le monde ce qui fait de cette molécule l’herbicide le plus vendu dans le monde. En France, le glyphosate fait partie des deux substances phytosanitaires les plus vendues. Chaque année, en France 9000 tonnes de glyphosate sont utilisées dont 7000 pour un usage agricole et 2000 pour le jardin. On peut retrouver cette molécule dans une majeure partie des aliments consommés quotidiennement (légumes secs, pâtes, céréales…). Une enquête de l’ONG Générations Futures s’est intéressée sur la trace de glyphosate dans ces aliments et à trouver que sur 30 échantillons testés 16 contenaient du glyphosate (soit 53,3%).

    Le glyphosate est-il dangereux ?

    Depuis plusieurs années, la firme Monsanto et son produit, le glyphosate, sont au cœur de nombreuses polémiques écologiques et sanitaires. En effet alors que le produit est présent dans de nombreux aliments, le 10 mars 2015, le Centre international de recherche contre le cancer (Circ) a classé le glyphosate comme étant « cancérogène probable ». Après cette déclaration, de nombreux instituts ont mené des études pour confirmer ou infirmer ce lien entre l’exposition au glyphosate et le risque de développer un cancer.  Parmi ces instituts on peut retrouver l’agence européenne de la sécurité des aliments (Efsa), l’Institut fédéral allemand pour l’évaluation des risques (BfR) ainsi que l’Agence européenne des produits chimiques (Echa). Ces dernières n’ont pas trouvé de lien entre l’exposition au glyphosate et l’apparition de cancers.

    D’autre part, en Amérique, le National Cancer Institute (NCI) a dévoilé les résultats d’une étude réalisée sur 54 251 agriculteurs qui sont les personnes les plus touchées par cette molécule. Pour mener cette étude, le NCI s’est intéressé à des sujets choisis à l’avance et sur le long terme pour pouvoir observer l’évolution de l’état de santé des sujets et plus particulièrement d’une éventuelle tumeur cancérigène.

    Suite aux analyses, les chercheurs n’ont pas trouvé de lien significatif entre l’exposition au glyphosate et une tumeur lymphome. Cependant, ils ont remarqué que chez certaines personnes surexposées au glyphosate, il y avait un risque accru de leucémie myéloïde aiguë.

    Qui est pour ou contre le glyphosate ?

    Avec ces différents résultats, s’appuyant sur des méthodes statistiques différentes, il est difficile d’apporter une réelle réponse sur l’existence d’un lien entre le glyphosate et le développement d’un cancer. Ces divergences ont créé deux groupes avec d’un côté, les militants écologistes ainsi qu’une forte majorité de consommateurs qui sont pour l’interdiction de ce produit et contre une prolongation du produit sur le marché. Puis, de l’autre côté on retrouve les agriculteurs, avec notamment le FNSEA (Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles) qui sont favorable à une prolongation de son autorisation sur le marché. En effet, pour ces derniers ce produit est très avantageux et défit toutes concurrences grâce à ses puissantes propriétés et son faible cout.

    Au sein de l’Union européenne, 18 pays ont voté pour la prolongation du glyphosate. On peut retrouver parmi ces 18 pays l’Allemagne, l’Irlande, les Pays-Bas, la Suède ou encore le Royaume Uni soit 65,71 % de la population européenne (pour rappel il fallait que le vote atteigne 65 %).

    De son côté, la France qui a voté contre cette prolongation a l’intention de faire face à ce vote notamment en « prenant des dispositions nécessaires pour que l’utilisation du glyphosate soit interdite en France dès que des alternatives auront été trouvées » a ainsi déclaré Emmanuel Macron.

    Sources :

    http://www.liberation.fr/futurs/2017/09/22/pour-defendre-l-usage-du-glyphosate-des-agriculteurs-bloquent-les-champs-elysees_1598225

    https://www.ladepeche.fr/article/2017/09/15/2646033-glyphosate-agence-europeenne-securite-aliments-defend-rapport.html

    https://www.la-croix.com/Sciences-et-ethique/Environnement/Glyphosate-comment-etudes-sont-elles-menees-2017-10-24-1200886748

    https://www.ouest-france.fr/economie/agriculture/glyphosate-onze-questions-pour-tout-savoir-sur-le-roi-des-pesticides-5326476

    Laisser un commentaire