Selon l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé), un milliard de personnes, soit environ 15% de la population mondiale vit avec un handicap.

En 1992, les Nations Unies ont proclamé une Journée Internationale des Personnes Handicapées, afin de rappeler la déclaration des droits de l’homme et du citoyen : « Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. ».

Cette journée de commémoration est célébrée tous les 3 décembre de chaque année.

En 2014 le thème était « Briser les barrières, ouvrir les portes : pour une société inclusive pour toutes et tous » afin de sensibiliser à l’accessibilité des personnes handicapées.

M. Ban Ki-moon, secrétaire général de l’ONU y a déclaré : « Ne ménageons pas nos efforts pour veiller à ce que les politiques, les programmes et les directives permettent aux personnes handicapées de profiter des technologies du XXIe siècle et tiennent compte de ce qu’elles vivent et de leurs perspectives. Ensemble, œuvrons pour un avenir meilleur qui n’exclue personne et qui soit équitable et durable pour tous. »

En effet, suite à la loi française n°2005-102 « pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées » du 11 février 2005, promulguée sous le gouvernement Raffarin, il est imposé aux établissements accueillant du public de répondre à des exigences de mise en accessibilité de leurs locaux aux personnes à mobilité réduite avant le 1er janvier 2015.

Or, pendant 10 ans, aucune autorité publique ne s’est assurée que les travaux ont seulement été envisagés, l’échéance n’a donc pas été tenue.

Les handicapés moteurs sont près de 850 000 en France, soit 1,5% de la population.

Pour eux, c’est souvent un véritable parcours du combattant pour accéder en toute autonomie à ces lieux et transports, d’y circuler, d’utiliser leurs équipements, de s’y repérer et de bénéficier de l’ensemble des prestations proposées.

L’ordonnance du 26 septembre 2014, prise par le gouvernement de Manuel Valls annonce des délais supplémentaires, allant de trois à neuf ans en fonction des catégories de lieux publics pour la mise en accessibilité.

Concrètement, les acteurs publics ou privés qui ne sont pas encore en conformité vont devoir s’engager sur un calendrier précis de travaux par le biais d’agendas d’accessibilité programmée (Ad’AP) qui devront être déposés en mairie ou en préfecture d’ici à octobre 2015. En cas de non-respect des engagements, des sanctions sont prévues sous forme d’amendes allant de 1.500 € à 5.000 € selon les cas.

De plus, le 8 décembre dernier, un arrêté de 23 articles a été pris conjointement par le ministre du Logement et le ministre de l’Ecologie et publié au Journal Officiel, modifiant des dispositions du code de la construction et de l’habitation, relatives à l’accessibilité aux personnes handicapées des établissements recevant du public (ERP) « situés dans un cadre bâti existant ».

Le Premier ministre Manuel Valls affirme : « Le gouvernement s’engage pour que les transports publics, comme la voirie et les établissements recevant du public, soient pleinement accessibles à tous. Nous avions dans ce domaine du retard au regard notamment de nos voisins européens », a-t-il ajouté. « Comment pourrions-nous accepter plus longtemps qu’un nombre important de nos compatriotes soient dans l’incapacité de se déplacer ? ».

Toutefois, ces nouvelles règles du jeu instaurées ouvrent de nombreuses possibilités de prolonger les délais, voire de s’en affranchir, ce que dénoncent 23 associations d’handicapés, de familles et de personnes âgées, mais aussi de piétons et de cyclistes, réunies dans le Collectif pour une France accessible pour tous.

L’ANPIHM (Association Nationale Pour l’Intégration des personnes Handicapées Moteurs) et plusieurs autres associations ont déposé à cet effet, un recours contre l’Ordonnance du 26 septembre 2014 et appellent les parlementaires à refuser « de ratifier en l’état l’Ordonnance « de la honte » ».

Nicolas Mérille, chargé du dossier de l’accessibilité à l’Association des paralysés de France (APF) s’insurge : « Après la loi de 1975 restée lettre morte et celle de 2005 dont on recule encore l’application, cela fait quarante ans que nous attendons, et c’est inacceptable ».

Autrement dit, encore un problème d’accessibilité…très politique…

 

Sources image:

http://www.google.fr/imgres?imgurl=http%3A%2F%2Fpixabay.com%2Fstatic%2Fuploads%2Fphoto%2F2014%2F07%2F19%2F18%2F01%2Fdisabled-397192_640.jpg&imgrefurl=http%3A%2F%2Fpixabay.com%2Ffr%2Fpersonnes-handicap%25C3%25A9es-397192%2F&h=426&w=640&tbnid=UOybmLpmLH1cbM%3A&zoom=1&docid=tvhTe2v3kuwdmM&ei=C7u2VJryJdL3aq68gcgO&tbm=isch&iact=rc&uact=3&dur=966&page=1&start=0&ndsp=17&ved=0CDsQrQMwCQ

Sources:

http://www.education.gouv.fr/cid58492/journee-internationale-des-personnes-handicapees.html

http://www.unesco.org/new/fr/unesco/events/prizes-and-celebrations/celebrations/international-day-of-persons-with-disabilities/

http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000809647

http://www.ladepeche.fr/article/2014/12/15/2012045-normes-accessibilite-handicapes-allegees-commerces-hotels-parkings.html

http://www.lexpress.fr/actualite/societe/manuel-valls-s-engage-pour-l-accessibilite-des-transports-aux-handicapes_1629779.html

http://www.lemonde.fr/exclusion/article/2014/12/11/les-associations-de-handicapes-fustigent-les-lacunes-de-l-accessibilite_4538659_1653459.html

http://www.bfmtv.com/societe/handicap-et-accessibilite-la-france-est-tres-en-retard-mais-852061.html

Laisser un commentaire