Introduite en 2004-2005 la Tarification A l’Activité (T2A) a bouleversé le mode de financement des Hôpitaux en France, qu’ils soient public ou privé. L’objectif principal de sa mise en place est d’améliorer l’utilisation des ressources des hôpitaux ainsi que d’optimiser l’organisation des soins pour une meilleure productivité. La question qui se pose aujourd’hui est de savoir si la T2A permet réellement d’améliorer la qualité des soins ? Ou si au contraire elle incite les hôpitaux à accélérer la prise en charge au détriment des patients ?

T2A

 

Diverses études réalisées par l’Institut de Recherche et Documentation en Économie de la Santé (IRDES) traite sur ce sujet. Selon eux, la productivité hospitalière a augmenté de manière soutenue entre 2002 et 2009. En effet, depuis la mise en place de la T2A on observe une augmentation des séances et des séjours de chirurgie ambulatoire, parallèlement à une baisse des séjours d’hospitalisation complète.  La durée des séjours en hospitalisation est donc réduite au profit de l’activité ambulatoire. Mais les patients ne sont-ils pas renvoyés chez eux prématurément ?

Selon une étude réalisée par l’IRDES, on observe une baisse de la mortalité hospitalière depuis 2002, cependant l’IRDES met le doigt sur un point le nombre de réadmission est à la hausse : « Cette tendance à la hausse des réadmissions, retrouvée sur plusieurs prises en charge définies sur des critères médicaux distincts, est alarmante. »

Cependant, regardons chez nos voisins qui ont introduit la T2A dans leur pays depuis plus longtemps que nous. Il y a effectivement eu des problèmes suite à la mise en place de la T2A, comme la sélection des patients, la diminution certainement trop brutale, des hospitalisations à plein temps dans les hôpitaux. Mais ces effets n’ont été observés que sur une petite période après l’introduction de la T2A.

Nous pouvons donc espérer qu’en France également, la T2A permettra effectivement d’améliorer la qualité des soins. Car la volonté des hôpitaux à voir leur activité augmenter les oblige à améliorer leur organisation même s’ils visent à favoriser le suivi médical régulier plutôt que l’hospitalisation complète des patients.

 

http://www.irdes.fr/EspaceRecherche/DocumentsDeTravail/DT53QualiteSoinsT2A.pdf

http://www.irdes.fr/Publications/Qes2013/Qes186.pdf

Laisser un commentaire