Accueil Epidémiologie Plus d’infarctus du myocarde chez les fumeurs de moins de 50 ans

    Plus d’infarctus du myocarde chez les fumeurs de moins de 50 ans

    Le tabac est un facteur de risque très important dans un nombre considérable de pathologies : cancers du poumon, de l'estomac, du col de l'utérus, de la vessie, maladies cardio-vasculaires et notamment l’infarctus du myocarde. Une récente étude britannique, publiée dans la revue médicale Heart, montre que les fumeurs de moins de 50 ans ont, entre autres, un risque huit fois plus important d’avoir un infarctus du myocarde que les non-fumeurs du même âge.

    0
    L’arrêt cardiaque

    L’infarctus du myocarde, que l’on appelle plus communément la crise cardiaque, est une maladie qui se définit par la destruction du muscle cardiaque (le myocarde). Cette maladie fait partie des cas d’extrêmes urgences, elle va donc nécessiter d’appeler le Samu/Smur dans le but d’hospitaliser immédiatement la victime.

    Pour comprendre comment se déclenche un infarctus du myocarde il faut se placer au niveau d’une des artères coronaires. L’infarctus va être provoqué par l’obstruction d’une artère coronaire, or cette dernière alimente le muscle cardiaque en sang et surtout en oxygène. Si l’artère est obstruée, les cellules du myocarde vont être privées d’oxygène. Cela aura pour conséquence une rapide mort cellulaire sur une zone qui peut être plus ou moins étendue. Le muscle cardiaque va donc avoir des difficultés à se contracter normalement et cela va se manifester par de graves phénomènes comme des troubles du rythme, une insuffisance cardiaque voire l’arrêt total du cœur.

    L’unique solution est de désobstruer l’artère le plus rapidement possible après l’apparition des premiers symptômes.  Cette intervention médicale permet de diminuer de manière très importante la mortalité ainsi que les éventuelles complications qui sont associées à cette maladie.

    Le tabac : facteur de risque

    On dénombre 120 000 cas d’infarctus du myocarde chaque année en France et 18 000 décès. Le tabagisme fait partie des facteurs de risque réellement évitables pour cette maladie. En effet selon l’Association Nationale de Prévention en Alcoologie et Addictologie (ANPAA) « le tabagisme, qu’il soit actif ou passif, est particulièrement toxique pour le système cardio-vasculaire ».

    En effet, l’oxyde de carbone contenu dans la fumée de cigarette va remplacer l’oxygène qui est transporté dans le sang. Cela va favoriser l’athérosclérose qui sont des dépôts de cholestérol sur la paroi des grosses ou des moyennes artères. La nicotine du tabac va augmenter la tension artérielle. Elle va également faire baisser le bon cholestérol et surtout elle va favoriser la formation de caillots sanguins. Il a été montré que l’augmentation des risques de maladies cardiovasculaires est proportionnelle à la durée, la fréquence et à l’intensité du tabagisme.

    Selon la Fédération Française de Cardiologie : « En France, 25 % des décès liés au tabagisme sont des décès cardio-vasculaires (18 000 sur 73 000) et même plus de 30 % chez les femmes (5 000 sur 14 000) ».

    Vulnérabilité des fumeurs de moins de 50 ans

    Le fait que tous les fumeurs possèdent un risque nettement plus élevé d’infarctus du myocarde que les non-fumeurs était acté. Cependant, il restait à mettre en lumière l’importance de ce risque dans les différents sous-groupes d’âge.

    C’est pourquoi des chercheurs du Northern General Hospital à Sheffield en Angleterre ont étudié les cas de 1 727 adultes traités pour un infarctus du myocarde et ce entre 2009 et 2012. Ces patients présentaient tous une modification dans leurs électrocardiogrammes. En effet, ils étaient caractérisés par une élévation du segment ST sur le signal mesuré. En termes médicaux, cette élévation de ST met en évidence la mort d’une très grande partie du myocarde.

    Sur ces 1 727 patients, il en est ressorti que presque la moitié d’entre eux étaient fumeurs (48,5 %). L’autre moitié se répartissant à parts égales entre d’anciens fumeurs et des non-fumeurs (respectivement 27 % et un peu plus de 24 %). L’étude montre que « dans le groupe étudié, le risque est apparu huit fois plus élevé pour les fumeurs avant 50 ans, cinq fois entre 50 et 65 ans, et seulement trois fois plus élevé chez les plus de 65 ans ».

    Ces conclusions sont quelques peu surprenantes car les populations plus jeunes n’ont, en général, pas autant de problèmes liés à des risques de maladies cardio-vasculaires que les personnes plus âgées. Les chercheurs travaillant sur cette étude estiment que « fumer est peut-être le plus puissant de tous les facteurs de risque, dont l’effet s’exerce beaucoup plus tôt que tout autre ».

    Une autre conclusion importante de cette étude est qu’en général « les fumeurs étaient plus jeunes d’au moins une décennie que les ex-fumeurs ou ceux qui n’avaient jamais fumé quand la crise cardiaque est survenue ». Enfin, près des trois quarts des patients qui ont moins de 50 ans et qui sont atteints d’infarctus du myocarde étaient fumeurs.

    On peut donc noter que cette étude met en lumière le rôle joué par le tabagisme dans la survenue d’un infarctus du myocarde. Elle souligne également que ce sont les jeunes fumeurs de moins de 50 ans qui sont le plus impactés. Le but avoué de l’étude est de « donner l’occasion d’une prise de conscience [chez] les jeunes fumeurs et de les aider à arrêter de fumer ». Si ce pari reste utopique, cette étude pourrait au moins les inciter à diminuer leur consommation quotidienne de tabac car cet effort peut faire une différence.

    Maxime et Yseulys

    Sources :

    – Amelia Lloyd, Lloyd Steele, James Fotheringham, Javaid Iqbal, Ayyaz Sultan, M Dawn Teare, Ever D Grech. Pronounced increase in risk of acute ST-segment elevation myocardial infarction in younger smokers. Heart Online First, published on November 29, 2016. heart.bmj.com

    – Fédération Française de Cardiologie. Je dis non au tabac – Les méfaits du tabac sur le cœur et les vaisseaux. fedecardio.org

    – Franceinfo. Infarctus : un risque 8 fois plus élevé chez les fumeurs de moins de 50 ans. francetvinfo.fr

    – Institut national de la santé et de la recherche médicale. Infarctus du myocarde. inserm.fr

    Santé Magazine. Infarctus du myocarde : les fumeurs de moins de 50 ans sont très vulnérables. santemagazine.fr

    Laisser un commentaire