Accueil Epidémiologie Fièvre jaune au Brésil

    Fièvre jaune au Brésil

    0

    Une épidémie de fièvre jaune, maladie transmise à l’homme via les moustiques ou les primates, se serait déclarée au Brésil à la fin de l’année 2016. Elle a fait jusque-là 47 morts. Causes, symptômes, traitements, revenons sur cette maladie qui n’a encore pas de traitement spécifique.

    Epidémie au Brésil

    Le 18 décembre 2016, les symptômes de la fièvre jaune apparaissent chez un homme résidant dans l’état du Minas Gerais, au Brésil. Depuis, c’est au moins 200 cas qui ont été rapportés dont 47 morts. La zone touchée par cette épidémie aurait également été touchée il y a 2 ans par une catastrophe écologique : 55 millions de mètres cubes de boues toxiques se seraient déversés dans cette région suite à la rupture d’un barrage. Y a-t-il un lien ? C’est en tout cas ce que semble croire Marcia Charne, scientifique travaillant à la Fundação Oswaldo Cruz. Elle explique en effet que les animaux peuvent rapidement être fragilisés suite à une transformation brusque de l’environnement, les rendant plus propices à développer des maladies telles que la fièvre jaune, comme cela avait été le cas en 2009 suite à une déforestation brutale dans l’Etat du Rio Grande do Sul.
    Cependant cette hypothèse n’a pas été confirmée, d’autres évènements pouvant également entrer en compte. Pour l’heure, des milliers de vaccins ont été envoyés dans la zone touchée afin de limiter au mieux cette épidémie.

    Développement de la maladie

    Cette maladie n’ayant, pour le moment, pas encore de traitement spécifique, le seul moyen de la soigner est de traiter les symptômes un à un. Les symptômes peuvent se manifester sous forme de fièvre, de perte d’appétit, nausées, vomissements et douleurs musculaires. Généralement, les symptômes disparaissent au bout de 3 à 4 jours, cependant il existe certains cas beaucoup plus rares où la fièvre revient après traitement des symptômes et où certains organes, tels que le foie et les reins, peuvent être touchés.
    Afin de limiter la propagation de la fièvre jaune, les autorités de santé sanitaire ont organisé une campagne de vaccination dans les zones rurales touchées en réalisant du porte à porte. Le but est également d’empêcher que la maladie ne touche les zones urbaines où les conséquences pourraient être plus grave : c’est en effet dans ces zones qu’est présent le moustique aedes, transmettant déjà la dengue, le zika et le chikungunya.

    Recommandations des autorités de santé

    Le moyen de prévention le plus efficace reste à ce jour le vaccin. Ce vaccin est valable à vie, n’a pas besoin de rappel et est efficace environ 10 jours après l’administration. L’OMS recommande donc de réaliser le vaccin avant d’effectuer un voyage dans les zones touchées.
    La lutte contre les moustiques reste également un moyen d’éviter la transmission de la fièvre jaune, comme nous avons pu le voir dans un article précédent « Zika : deux nouveaux modes de transmission découverts ».

    Audrey

    Sources

    • Franceinfo : En direct du monde. Au Brésil, une épidémie de fièvre jaune sans doute liée à des boues toxiques. www.francetvinfo.fr
    • OMS : Fièvre jaune – Brésil. www.who.int
    • OMS : Fièvre jaune. www.who.int

    Laisser un commentaire