Accueil Epidémiologie Épidémie inquiétante de méningite à Dijon

    Épidémie inquiétante de méningite à Dijon

    0

    Depuis le mois d’octobre, trois cas de méningite ont été détectés parmi les étudiants de l’Université de Bourgogne-Franche-Comté sur le campus de Dijon. Deux des trois étudiants sont décédés, quant au troisième, les spécialistes assurent que son état évolue favorablement.

     Une infection grave

    Cette méningite est ici de cause bactérienne et, est appelée infection grave (invasive) à méningocoque (ou IMM). Elle est causée par une bactérie très répandue qui est localisée au fond de la gorge. On estime que 10 % de la population est porteuse de cette bactérie. Cette infection peut alors évoluer en méningite, comme cela a été le cas ici. Il s’agit plus précisément d’une infection des liquides et des membranes situés au niveau du cerveau et de la moelle épinière. Elle touche principalement les plus jeunes enfants, mais aussi les adolescents. Il est possible de la traiter efficacement. Cependant, une méningite d’origine bactérienne est aussi le type le plus grave : elle peut mener à la mort si elle n’est pas soignée à temps.

    Cette maladie, qui reste assez rare, peut être véhiculée par divers facteurs comme la salive ou les sécrétions provenant du nez ou de la gorge. Les conséquences peuvent être diverses : dans 10 à 15 % des cas elle entraîne le décès de la personne infectée, Il peut également subsister des atteintes neurologiques, des paralysies ou encore des gangrènes de certains membres (pouvant parfois mener à des amputations).

    L’épidémie de Dijon

    De nombreuses mesures ont été mises en place pour endiguer la propagation de l’infection. Le mardi 3 janvier 2017, l’Agence Régionale de Santé (ARS) de Bourgogne-Franche-Comté a lancé une grande campagne de vaccination sur le campus touché. Par ailleurs, suite à la détection des trois cas, les proches des étudiants malades (au nombre de 48) ont été contactés pour effectuer une visite de contrôle et pour recevoir le vaccin. Ces mesures ont été mises en place car cette maladie évolue habituellement de manière sporadique. Un nombre si important d’infections, en un laps de temps aussi court et de façon si localisée suggère une contamination au sein de la communauté étudiante de Dijon.

    Les spécialistes assurent que, de par les mesures qui ont été prises, l’infection ne devrait pas se répandre davantage. La souche en question, la souche W, est très virulente : on dénombre en temps normal un maximum de 50 cas de méningite causés par cette souche en France.

    Cette situation soulève de nouveau les problèmes de la vaccination en France et du retour des maladies infectieuses. En effet, bien qu’il existe un vaccin pour se prémunir des souches les plus fréquentes, celui-ci n’est pas inscrit sur le calendrier vaccinal.

    Christopher et Tom

     

    Notes :

    • Maladie sporadique : Maladie présente dans de rares cas dans la population.

    Sources :

     

    Laisser un commentaire