Accueil Stages Analyse des attitudes des professionnels face à l’intimité et à la sexualité...

Analyse des attitudes des professionnels face à l’intimité et à la sexualité des résidents en EHPAD

0

J’ai réalisé mon stage de fin d’études de licence au sein de la Structure Régionale d’Appuie (SRA) QualiREL Santé. Cette association a pour objectif d’accompagner les établissements sanitaires (ex : hôpitaux) et médico-sociaux (ex : EHPAD) pour améliorer la qualité et la gestion des risques. Elle est née de la fusion récente de 2 réseaux (QualiSanté et AquaREL Santé). Elle est composée d’une équipe pluri-professionnelle qui travaille sur deux antennes : Nantes et Angers. Ils effectuent essentiellement des Evaluations de Pratiques Professionnelles (EPP). L’objectif principal de mon stage était de réaliser l’analyse des attitudes des professionnels de la santé face à l’intimité et à la sexualité des résidents en EHPAD. Les objectifs secondaires consistaient à participer à plusieurs EPP.

Contexte de mon étude

L’intimité et la sexualité ont dû mal à se faire une place en EHPAD. C’est un sujet qui est souvent tabou. La vie sexuelle des résidents en EHPAD ne se manifeste pas seulement par des rapports sexuels, mais aussi par des gestes de tendresse ou même d’exhibition physique ou verbale. Les freins à cette vie sexuelle proviennent autant des professionnels de santé, de la famille du résident, mais aussi de la personne âgée elle-même. L’intimité et la sexualité soulèvent de nombreux questionnements, c’est pourquoi cette étude a été réalisée pour donner la parole aux professionnels de la santé. Ainsi, nous allons voir leurs avis sur la question.

Ma mission

Cette analyse exploratoire a été proposée par Miguel Jean, président de l’EREPL (Espace de Réflexion Ethique des Pays de la Loire). Il a réalisé le questionnaire et l’a envoyé à l’ensemble des EHPAD de la région des Pays de la Loire à destination des professionnels de santé. Ce questionnaire étant anonyme nous ne connaissons pas l’identité de l’individu ni le nom de son établissement. Cela a donc créé une certaine limite dans l’étude. Mais c’était un choix de la part de l’EREPL pour que les professionnels aient une plus grande liberté dans leurs réponses.

L’objectif principal de la mission était d’analyser les attitudes des professionnels de santé face à l’intimité et à la sexualité des résidents en EHPAD. Mon travail consistait à nettoyer la base de données, réaliser des programmes statistiques et réaliser un rapport de résultat. Le second objectif était de faire un retour global aux EHPAD sous forme d’un livret et de pouvoir créer des discussions entre les professionnels. Le troisième objectif était de définir des pistes de travail afin de développer les espaces éthiques dans les EPHAD de la région.

Les principaux résultats

Les professionnels qui ont répondu à l’étude sont dans la majorité des femmes (87 %) de 41 ans. Le ¾ des individus a une fonction de 1e ligne, c’est-à-dire en lien direct avec le résident (ex : médecin, aide soignants, infirmiers…). 58 % des établissements provenaient de milieu urbain et 75 % étaient des établissements publics.

J’ai réalisé plusieurs analyses comme des comparaisons de proportions, des tests du Khi 2 ou de Fisher, des tests de Kruskal-Wallis et des régressions logistiques. J’ai notamment réalisé une régression logistique sur la fonction du professionnel. Les résultats ont permis de dire que ces éléments ont un lien avec la fonction de l’individu :

  • la présence d’une structure éthique
  • le fait que l’état de santé du résident soit un élément en lien avec son intimité
  • la possibilité pour les résidents de manger et de boire dans leur chambre
  • la difficulté d’accueillir des couples

Ainsi, les professionnels qui laissent la possibilité aux résidents de manger et boire dans leurs chambres ont presque 2 fois plus de chance d’avoir une fonction de 1e ligne, donc d’avoir un contact direct avec le résident. Les individus qui ont des difficultés à accueillir des résidents en couple ont moins de chance d’avoir une fonction de 1e ligne.

Conclusion

L’objectif de mon stage a été réalisé. Différentes perspectives sont encore à explorer : adapter le questionnaire et affiner la régression logistique qui n’était qu’une analyse exploratoire. La vie sexuelle des résidents en EHPAD est encore quelque chose qui peut poser problème dans certains cas. Actuellement, les résidents s’autocensurent à ce sujet du fait de leur éducation. Il faut s’attendre à ce que cette population change. Les futurs résidents seront les baby-boomers et ils n’ont pas eu la même éducation que les résidents actuels. Les questions autour des infections sexuellement transmissibles ou de l’homosexualité vont davantage se poser dans les prochaines années.

Tout au long de mon stage, j’ai su réutiliser les enseignements acquis lors de mon année de licence. J’ai aussi pu améliorer mes connaissances sur le logiciel R. Je remercie toute l’équipe de QualiREL Santé pour m’avoir accueillie pendant ce stage. J’ai vraiment apprécié travailler avec eux. Ce stage a été une très bonne expérience pour moi.

 

Laisser un commentaire